Pourquoi et comment construire sa charte éditoriale ?

Temps de lecture estimé : 10 minutes.

Vous vous demandez si créer une charte éditoriale est pertinent pour vous ou vous cherchez des précisions sur comment la construire ? Cet article est là pour vous aider. En effet, aujourd’hui, les chartes éditoriales font partie des fondements de toute stratégie de communication et permettent de définir les actions à mettre en place pour atteindre vos objectifs.
image d'un dessus de bureau où deux personnes sont en brainstorming
Crédit photo - Rawpixel, Pexels

Qu’est-ce qu’une charte éditoriale ?

De nos jours, la charte éditoriale est un document recueillant toutes les règles et informations concernant votre communication, sur tous les supports. C’est un outil de référence pour tous vos employés et collaborateurs puisqu’elle va permettre de garder une seule ligne éditoriale sur toutes vos communications.

A quoi sert-elle ?

Que ce soit dans le cadre de la communication traditionnelle que dans la communication numérique (aussi appelée communication digitale), la charte éditoriale est là pour cadrer votre discours. En établissant des règles de rédaction dans ce document, vous allez pouvoir garder une ligne directrice et rester cohérent avec l’identité de votre entreprise ou association. Ainsi, toute personne susceptible de s’occuper de votre communication saura quoi dire et comment le dire. La charte éditoriale sert aussi bien en interne, pour s’assurer que vos employés responsables de la communication ne commettent pas d’écarts, qu’en externe si vous faites appel à des collaborateurs pour un projet ou un évènement par exemple.

Pour qui ?

Les chartes éditoriales ne sont pas réservées qu’aux grandes entreprises ou multinationales. Tout organisme (marque, entreprise, association) ou personne ayant besoin de communiquer sur n’importe quel type de support peut créer sa propre charte éditoriale. Elle est d’autant plus nécessaire aujourd’hui avec l’arrivée des entreprises sur les réseaux sociaux. En effet, une erreur de formule ou un éloignement trop important de votre identité, et c’est le bad buzz.

Quel contenu ?

Le contenu d’une charte éditoriale va varier selon vos besoins, aussi vais-je lister ici les points principaux et qui, à mon sens, sont importants pour avoir une charte éditoriale complète. Cependant, libre à vous d’adapter le contenu de votre charte pour qu’elle soit en accord avec vos besoins.

En premier lieu, une charte éditoriale doit comporter :

  • une présentation de votre organisme : cette partie sert à bien cerner votre marque, entreprise ou association. Elle n’a pas nécessairement besoin d’être longue ou très détaillée, mais un rappel sur qui est votre organisme, quelles sont ses valeurs et définir son identité est important pour que vos collaborateurs comprennent bien qui vous êtes et ce que vous souhaitez représenter ;
  • une présentation du marché ou de votre secteur d’activité : cette partie n’est pas essentielle, mais elle permet, au même titre que la présentation de votre organisme, d’aider vos collaborateurs à mieux vous cerner. Un paragraphe sur votre secteur d’activité avec l’état actuel du marché et ses tendances à venir peut donc être un point intéressant à aborder dans votre charte ;
  • une définition de vos objectifs stratégiques : cette partie doit rappeler vos objectifs stratégiques, définis de manière claire, quantifiable et inscrit sur la durée. Cela va permettre aux communicants de mieux comprendre le pourquoi de votre communication ;
  • une définition de vos cibles : ici, vous devrez définir à qui est destiné votre contenu. Vous ne pourrez pas satisfaire toute votre audience, aussi est-il préférable de se concentrer sur les personnes susceptibles d’être intéressées par votre offre/service. Il est important de bien la définir, car il est toujours plus facile de parler à quelqu’un que l’on connaît.
    Il faudra donc préciser dans un premier temps si votre cible est une organisation (BtoB) ou un consommateur (BtoC). Pour ensuite définir votre client type, à l’aide de personas (3 persona distincts vous permettront de mieux comprendre votre cible) ;
  • une définition de la ligne éditoriale de votre organisme – dans cette partie, vous devez préciser :
    • le fil conducteur ou fil rouge de votre communication les thèmes, rubriques et sujets à aborder (dans vos publications sur les réseaux sociaux ou dans vos articles, si vous en publiez) ;
    • le type de trafic (direct, social, referral, mail, organique) ;
    • le type de contenu (images, photos, vidéos, textes, etc.) ;
    • la fréquence, les jours et heures de publication sur vos différents réseaux sociaux, blogs, site internet, etc.
image d'un calendrier
Crédit photo - Estée Janssens, Unsplash
  • des règles de rédaction et sur les formats autorisés :
    • le ton à adopter sur vos publications (vouvoiement/tutoiement) ;
    • la syntaxe de vos publications (quand utiliser des majuscules, comment mentionner vos produits/services, qui taguer et comment, etc.) ;
    • le nombre de mots de vos publications ;
    • si les emojis sont autorisés et préciser lesquels avec quelques exemples ;
    • si les gifs sont autorisés et dans quel cadre ;
    • le format des liens hypertextes (raccourcis ou non, sous forme de mot cliquable ou non, etc.).
image d'une case SEO cochée
Crédit photo - Pixelcreatures, Pixabay
  • une définition de la stratégie SEO à adopter en précisant :
    • les mots-clés à utiliser ;
    • les hashtags à utiliser sur les réseaux sociaux ;
  • une partie sur comment répondre à vos commentaires sur vos réseaux sociaux : cette partie est spécifique aux réseaux sociaux et blogs. Il faudra en effet prévoir et définir dans quel cas répondre aux commentaires, établir une hiérarchie d’importance des commentaires et des exemples de réponses à plusieurs types de commentaires (négatifs, positifs et neutres). Les exemples de réponses aux commentaires négatifs pourront, par ailleurs, vous aider à prévenir un potentiel bad buzz ;
  • une définition des règles de validation des contenus : définissez ici à qui revient la responsabilité de relecture des contenus, de validation et plus généralement, décrivez brièvement le processus de validation ;
  • lister les KPI à suivre : si vous comptez tirer profit des possibilités qu’offrent les réseaux sociaux, il faudra également mettre en place un suivi statistique de vos publications sur les réseaux sociaux. C’est dans cette partie que devront être listés les indicateurs clé de performances (KPI) à surveiller par rapport aux objectifs stratégiques que vous avez fixés (taux d’impression, nombre de followers ou likes, taux d’engagement, etc.).
Crédit photo - Agence Olloweb, Unsplash

Quelle mise en forme ?

Si vous avez le libre choix sur la mise en forme de votre charte éditoriale, il y a cependant des règles à respecter pour s’assurer que votre document soit lu et ne reste pas au fond d’un tiroir. Votre charte doit donc :

  • être lisible : beaucoup, dans cette optique, préconisent d’utiliser des listes à puces pour une lecture plus rapide, mais si vous savez rendre votre contenu attrayant, les courts paragraphes ne sont pas à exclure.
  • donner envie d’être lue ;
  • être dans l’esprit de votre organisme : quitte à se référer à une charte graphique pour rester conforme à votre identité visuelle. En effet, votre charte éditoriale est le premier outil qui définit vos règles de communication, autant être le premier à les suivre…

Par ailleurs, en fonction de la longueur de votre charte, il pourra être pertinent d’établir une table des matières pour permettre une recherche d’information plus rapide.

Enfin, sachez, qu’une charte éditoriale est vouée à être modifiée avec l’évolution de votre organisation, mais également si les règles définies sont trop strictes et entravent votre communication. Pensez alors à bien indiquer sur votre charte éditoriale le numéro de version de celle-ci et de la faire parvenir à vos collaborateurs pour être sûr qu’ils aient la dernière version. Rappelez-vous également que le but de ce document est d’aider et d’aiguiller vos communicants à savoir quoi dire et comment le dire, n’hésitez donc pas à proposer des exemples des contenus types que vous attendez.

Si cet article vous a plu ou si vous souhaitez me soutenir, merci de le partager sur vos réseaux sociaux ou de l’envoyer par mail à vos contacts à l’aide des liens ci-dessous

Dernière mise à jour : le 05 juillet 2019

Laisser un commentaire